Changer vos vitrages, les règles à respecter

Remplacer ses vitrages

vitrage

Vous souhaitez remplacer les vitrages de votre habitation, que ce soit pour améliorer la sécurité de celle-ci, ou pour en renforcer l’isolation ? Sachez que vous pouvez bénéficier de nombreux avantages en remplaçant vos anciennes vitres par des nouvelles plus performantes, que ce soit d’un point de vue acoustique ou thermique. De plus, sachez que vos vitrages doivent répondre à des normes spécifiques en matière d’isolation, notamment s’il s’agit d’une nouvelle construction. Découvrez dans cet article quelles sont les différentes normes en vigueur, afin que vous puissiez choisir le type de vitrage adéquat.
 

Les normes : de quoi s’agit-il ?

Selon la loi belge du 3 avril 2003, une norme est une « spécification technique approuvée par un organisme reconnu à activité normative en vue d’une application répétée et continue, dont l’observation n’est pas obligatoire […] ». Les normes belges (NBN), européennes (CEN) et internationales (ISO) sont considérées comme des règles de l’art ou de bonne pratique. Dans le secteur du verre, plusieurs normes sont d’application.
 

Les différentes normes

La réglementation PEB

Il est primordial de prendre en compte la réglementation PEB lorsque l’on veut remplacer les vitrages de son habitation. Ce sigle correspond à la « performance énergétique des bâtiments » et ces règles ont été mises en place pour réduire la consommation d’énergie au sein des logements sans pour autant négliger le confort de vie des occupants. Elle se base sur trois piliers :

  • La qualité de l’enveloppe, à savoir la réduction des pertes par une isolation efficace
  • La qualité des systèmes et des auxiliaires, relatifs à l’eau chaude, à l’éclairage et au chauffage
  • La qualité des énergies

Le but poursuivi par la réglementation PEB est le même partout en Belgique, mais son application peut varier selon que l’on se trouve en Région wallonne, flamande ou de Bruxelles-Capitale. Elle définit plusieurs normes d’application dans le domaine du vitrage.

L’isolation thermique et la valeur U

La valeur U correspond au coefficient de transmission thermique et calcule la performance thermique d’une paroi. En d’autres mots, elle permet de mesurer la quantité de chaleur perdue par le bâtiment chaque seconde par unité de surface. La réglementation PEB définit la valeur U maximale et la valeur R (résistance thermique) minimale à respecter pour les vitrages extérieurs d’une habitation.

La valeur U correspond au nombre de watts (W) qui traversent une paroi par mètre carré (m²) et par degré Kelvin (K). Ce calcul permet d’évaluer la quantité de chaleur qui s’échappe par la vitre par seconde lorsqu’il fait plus froid à l’extérieur qu’à l’intérieur. Il est cependant important de distinguer valeur Uw, qui représente la valeur d’isolation totale : il s’agit de la somme de la valeur Uf (châssis) et Ug (verre). Ainsi, le châssis que vous élirez déterminera également les performances thermiques de votre fenêtre, selon que celui-ci soit en PVC (1,8 W/m²K), en aluminium (2,6 W/m²K) ou en bois (2 W/m²K). La valeur Ug est déterminée selon les normes NBN EN 673, 674 et 675.

À titre d’exemple, sachez qu’il est désormais interdit d’utiliser du simple vitrage pour ses ouvertures extérieures. Celui-ci peut cependant être encore utilisé pour votre décoration intérieure. En effet, sa valeur U est d’environ 5,8 W/m²K, ce qui est relativement élevé. Un double vitrage quant à lui dispose d’une valeur U de 2,8 W/m²K : c’est le minimum obligatoire en Flandre, mais cela ne permet pas de respecter les normes imposées. C’est pourquoi vous pouvez opter pour du verre HR, à savoir du vitrage à haut rendement. Grâce au gaz noble (krypton ou argon) qui le compose en partie, sa valeur U avoisine les 0,8 W/m²K, ce qui est nettement mieux que du simple ou du double vitrage. La meilleure option reste cependant le triple vitrage, qui a un score entre 0,8 et 0,4 W/m²K, les normes prescrivant une valeur U globale égale ou inférieure à 1,5W/m²K pour les fenêtres extérieures.

Si vous disposez de simples vitrages et que vous n’envisagez pas d’effectuer des travaux de rénovation prochainement, sachez qu’il est possible, si vous résidez en Wallonie ou à Bruxelles, d’opter pour du survitrage. Cette solution, bien que temporaire, permet de faire passer la valeur U d’un simple vitrage à 3 W/m²K. Cependant, ce type de revêtement pèse lourd et n’est donc pas adapté à tous les types de châssis.

La surchauffe

Afin de ne pas négliger le confort des occupants d’une habitation, la réglementation PEB prévoit également certaines mesures concernant la surchauffe des logements. Celles-ci permettent notamment d’éviter le recours à des systèmes de refroidissement actifs. Ainsi le facteur solaire du vitrage (facteur g) calcule la quantité de rayonnement solaire traversant le vitrage permet, avec la valeur U de calculer le PEB. Plus le facteur g est élevé, plus le rayonnement traversant le vitrage est important. L’inclinaison du vitrage est également un facteur favorisant les gains solaires.

Les vitrages de sécurité

Pour éviter toute tentative d’effraction à votre domicile, il est possible d’opter pour des vitrages de sécurité. Ceux-ci sont régis par la norme NF EN 356 qui classifie ce type de vitrages à la suite d’une série de tests effectués au préalable. Ainsi, nous distinguons 8 classes de vitrages : 5 types de vitrages anti-vandalisme, et 3 types de vitrages anti-effractions.
 

Pourquoi respecter ces normes ?

Outre la dimension obligatoire de certaines normes, sachez qu’il est largement recommandé de les suivre, tout simplement car le respect des réglementations PEB vous permet de bénéficier de certaines primes, comme les primes énergie ou rénovation par exemple. Les conditions d’octroi de celles-ci varient selon la région dans laquelle vous habitez. De plus, de tels travaux sur vos fenêtres vous permettent de réduire considérablement votre facture de chauffage et vos dépenses liées à l’énergie.
 

En résumé

Vous souhaitez en savoir plus sur les normes liées aux vitrages extérieurs de votre habitation ? Faites appel à un professionnel afin d’avoir de plus amples informations concernant les réglementations d’application dans votre région. Ainsi vous pourrez effectuer vos travaux de rénovation ou faire construire la maison de vos rêves en toute sérénité sans pour autant négliger votre confort.