Qu’est-ce que le survitrage et dans quels cas le privilégier ?

Zoom sur le survitrage

vitre opaque

Lorsque les températures extérieures sont froides, il n’est pas rare de remarquer l'apparition de condensation sur les vitres. Ce phénomène courant indique que la température de la vitre est inférieure à celle que l’on relève dehors. Pour palier ce problème, il existe plusieurs solutions.

Les vitriers vous recommanderont la pose d’un survitrage ou encore l'installation du double ou triple vitrage. Comment choisir entre ces solutions ? Connaissez-vous les atouts du survitrage ? Et dans quelles situations le privilégier par rapport au double et triple vitrage ? L’article qui suit vous apportera toutes les réponses.
 

L’intérêt du survitrage

La technique du survitrage consiste à poser une vitre supplémentaire relativement fine (entre 4 et 5 mm) par-dessus votre châssis d’origine, quel que soit le type de vitrage (simple, double ou triple). Cette vitre est positionnée dans un encadrement en aluminium ou en métal. Notez que cette technologie est réservée exclusivement aux menuiseries en bois. Avant de commander votre survitrage, demandez à un vitrier qualifié de diagnostiquer vos profilés pour être certain que vos châssis supportent cette charge additionnelle.

Cette technique est souvent employée pour augmenter l'isolation thermique d'une fenêtre puisque le principal intérêt qu’offre cette technologie est la réduction des pertes de chaleur par les fenêtres. Vous remarquerez en effet rapidement de belles économies d’énergie. Pour un résultat soigné et durable, confiez-en la pose à un vitrier professionnel.
 

Dans quels cas est-il indiqué ?

Ce type de vitrage présente l’avantage d’améliorer les performances des menuiseries existantes tout en conservant vos fenêtres actuelles. Ainsi, si l’épaisseur d’un double vitrage est trop grande pour entrer dans vos châssis actuels, l’alternative du survitrage sera tout indiquée. Par ailleurs, le montant à débourser pour renforcer l’isolation de vos fenêtres sera plus abordable que la pose d’un double ou triple vitrage, qui exigerait le remplacement de vos menuiseries actuelles.

Le survitrage est en effet la solution la plus abordable, tant au niveau de l’achat que de la pose. Ainsi, si vous êtes locataire et n’avez pas le droit ou l’envie de dépenser une grande somme pour profiter d’une meilleure isolation dans ce logement provisoire, il s’agit de l’alternative idéale.

Dans la même optique, si vous êtes propriétaire mais que votre budget est actuellement trop serré pour vous permettre d’investir dans la pose de double ou triple vitrage, nous vous conseillons de vous tourner vers la technologie du survitrage.
 

Le coût

Qu’il soit simple, double ou triple, le vitrage représente souvent une part importante du budget alloué à la construction ou à la rénovation d’une habitation. Pour du simple vitrage, le prix varie entre 65 et 80 € par mètre carré, selon l’épaisseur du produit désiré. Le double vitrage, quant à lui, coûte généralement entre 70 et 250 € du mètre carré. Enfin, le montant à prévoir pour équiper vos fenêtres de triple vitrage oscille entre 100 et 350 €/m².

Si vous ne disposez pas d’un tel budget, votre vitrier vous proposera certainement la solution suivante : le survitrage. Le film survitrage coûte entre 5 et 7,5 € le m². Il placera alors un verre supplémentaire ou un film par-dessus vos carreaux existants. Notez toutefois que cette solution doit rester temporaire. C’est pourquoi nous vous recommandons de vous renseigner sur les conditions d’octroi de primes auprès de votre vitrier.
 

Quel modèle choisir ?

Il existe actuellement 5 types de survitrage sur le marché, chacun disposant de ses caractéristiques propres. Voici les différents modèles :

  • en film : cette première option est la plus économique et peut facilement être réalisée soi-même. L’opération consiste simplement à coller un film plastique sur le vitrage d’origine. Notez toutefois qu’il convient de le remplacer chaque année.
  • en kit : ce modèle a lui aussi été prévu pour être réalisé par les particuliers. Soyez tout de même vigilant car les mesures doivent être prises avec une grande précision. Dans le kit, vous trouverez tout matériel nécessaire, à l’exception du vitrage qu’il conviendra de commander à l’avance auprès d’un fabricant ;
  • démontable : si vous n’avez pas l’âme d’un bricoleur en vous, mieux vaut confier la pose de ce type de survitrage à un spécialiste. Celui-ci positionnera la nouvelle vitre dans un encadrement en caoutchouc ou en métal qu’il viendra ensuite fixer sur les battants de la menuiserie, de sorte à recouvrir intégralement le vitrage existant ;
  • ouvrant : il s’agit de placer un nouveau carreau dans un profilé rigide mais articulé. Ce dernier présentera ainsi l’avantage de pouvoir être ouvert, permettant l’accès au vitrage d’origine ;
  • fixe : ce type de survitrage est définitif et sans conteste le plus efficace. Le vitrier installera une nouvelle vitre dans un profilé en aluminium. Pour vous permettre d’en tirer les meilleures performances, il créera ensuite une fine couche d’air en plaçant la nouvelle vitre à 6mm de votre vitrage d’origine.

Le verre dépoli

Le verre dépoli s’utilise en tant que survitrage. Son principal intérêt est d'être opaque tout en laissant passer la lumière (naturelle ou artificielle). Ce matériau est donc tout indiqué pour les pièces qui nécessitent une certaine intimité, telles que la salle de bain, ou qui présentent un vis-à-vis.

Les vitriers pourront vous proposer différentes sortes de verre dépoli. Si vous souhaitez l’utiliser en tant que survitrage, il vous sera conseillé de vous diriger vers le martelé. À savoir que le rendu donne une impression de relief, comme s'il avait été gondolé par des petits coups.